L’appropriation

En Europe
Depuis plus de 10 ans, notamment dans le nord de l’Europe, des politiques énergétiques sont mises en place pour répondre à la nécessité de sortir des énergies fossiles, de la dépendance énergétique et résoudre les problèmes environnementaux. Celles-ci sont fondées sur les énergies renouvelables en misant, pour leur nancement, sur l’investissement local et collaboratif.

Ainsi, au Danemark, 85% de l’éolien appartient aux citoyens. En Allemagne, près de 600 coopératives d’énergie existent, 25% de l’énergie produite provient de sources renouvelables et la moitié de cette part est citoyenne. En Belgique, en Allemagne et au Danemark, par la loi, les projets éoliens doivent ouvrir leurs capitaux aux citoyens à hauteur de 20% à 30%.

 

En France

Béganne – Morbihan
Ce parc de 4 éoliennes d’un montant de 12 M€ est le premier parc éolien citoyen français. Il a été mis en service en juin 2014 après 10 ans de travail. Son capital propre (2,8 M€) est détenu par 1000 particuliers, collectivités et acteurs locaux dont 53 clubs d’investisseurs.
>> Suivez ce lien pour visiter le site internet du projet

La Citoyenne – Limousin
En 2003, un groupe d’agriculteurs lancent l’idée d’ériger une éolienne pour produire leur propre énergie et fournir une source de revenu complémentaire. En 2013, l’éolienne de 2 MW, d’un coût de 3 M€ est financée par un collectif local.

Et aussi Plélan-le-Grand (35) mis en service en 2008, Rilhac-Lastours (87) en service depuis 2014, Isac-Watts et Eolandes Teillé (44) en cours…

 

De la transition énergétique vers la transition citoyenne
L’énergie n’est pas un bien comme les autres. nous en avons tous besoin, elle est donc essentielle à notre vie. Voilà pourquoi elle est plus du domaine du bien commun que d’un bien privé et une simple marchandise. Les EnR favorisent l’appropriation locale de l’énergie. En effet, par nature les EnR (vent, soleil, bois, biogaz, eau) sont des ressources locales, elles sont donc naturellement appropriables par les acteurs locaux (collectivités, PME, citoyens) pour répondre à leurs besoins. Ceci est positif en termes de démocratie, d’appropriation et au final de maîtrise d’un bien dont nous avons tous besoin !