Ciné-citoyen : avant-première du film « Après-demain »

Ciné-citoyen : avant-première du film « Après-demain »

Le vendredi 23 novembre à 20h au cinéma de Cintegabelle, les collectifs citoyens Cintegabelle en TransitionLes Energies d’Aganaguès sont ravies de vous proposer l’avant-première du film Après Demain de Cyril Dion et Laure Noualhat. Il s’agit de la suite du documentaire Demain, vu par plus de 1 million de personnes.

Deux ans après le succès phénoménal du documentaire Demain, Cyril Dion revient sur les initiatives que le documentaire a inspirées. Il embarque avec lui son amie Laure Noualhat, enquêtrice de renom sur les fronts de l’écologie et très sceptique sur la capacité des microinitiatives à avoir un réel impact face au dérèglement climatique. Leur confrontation pleine d’humour les pousse dans leurs retranchements : qu’est-ce qui marche, qu’est-ce qui échoue ? Et si, finalement, tout cela nous obligeait à inventer un nouveau récit pour l’humanité ?

A l’issue de la projection, nous pourrons ensemble échanger autour des nombreuses thématiques et actions à mener sur notre territoire, en toute convivialité. La projection est rendue possible grâce aux mouvements de l’énergie citoyenne Enercoop Midi-Pyrénées et Energie Paratagée.

Après-demain sera diffusé au mois de décembre sur France 2, après la première diffusion de Demain à la télévision. Après-demain est une coproduction Yami 2 et Move Movie, avec la participation de France Télévisions, produit par Christophe Nick avec Mélanie Laurent, Cyril Dion et Bruno Levy, sur une musique originale de Fredrika Stahl, montage d’Aurélien Guégan.

Informations pratiques
– Date : vendredi 23 novembre 2018 – 20h
– Lieu : Cinéma de Cintegabelle
– Nombre de places limité !
Pour un meilleur accueil et faciliter l’organisation, réservez votre place en suivant ce lien
– Ouverture des portes à partir de 19h45.
– PAF : libre et nécessaire

L’éolien citoyen c’est quoi ?

En France, ce concept est né en 2008 à l’initiative de quelques acteurs dont Eoliennes en Pays de Vilaine (Bretagne) à l’image de ce qui existe déjà au Danemark où 85% de l’éolien est citoyen, en Allemagne et en Belgique. Il correspond à la volonté de rendre la maîtrise et la gestion du vent, ressource locale et renouvelable, aux acteurs locaux : particuliers, collectivités, associations, structures privées…

L’éolien citoyen trouve notamment sa reconnaissance dans le charte Energie Partagée dont les principes fondamentaux sont les suivants :

  • Ancrage local : la société qui exploite le projet est contrôlée par des collectivités territoriales, des particuliers (et leurs groupements) et/ou le Fonds Énergie Partagée. Cela se traduit par leur participation majoritaire au capital et/ou par un pacte d’actionnaires garantissant ce contrôle dans la durée. On vise la création de circuits courts entre producteurs et consommateurs pour une prise de conscience du lien entre les besoins et les moyens de production.
  • Finalité non spéculative : les investissements sont réalisés pour être directement exploités, la rémunération du capital est limitée. Une partie des bénéfices est affectée à la dimension pédagogique et à l’investissement dans de nouveaux projets citoyens et des actions de solidarité. On vise une éthique de l’économie sociale et solidaire, permettant un accès à l’énergie à un prix juste et transparent.
  • Gouvernance : le fonctionnement de la société d’exploitation du projet est démocratique, de type coopératif, transparent et clair, avec des garanties sur le maintien dans la durée de la finalité du projet. La gouvernance choisie doit permettre un contrôle des prix de production par la communauté et la transparence totale sur le fonctionnement et les aspects financiers.
  • Écologie : la société d’exploitation est engagée durablement et volontairement dans le respect de l’environnement, du niveau planétaire jusqu’au niveau le plus local, et dans une démarche de réduction des consommations énergétiques.