Bonjour tout le monde !

Depuis plusieurs années, un projet de parc éolien sur la commune de Cintegabelle (31) est en cours de développement, mené par un groupe industriel. Aujourd’hui, un collectif de citoyens se mobilise afin de proposer une alternative citoyenne et locale à ce projet.

C’est en ce sens qu’a été créée l’association « Les énergies d’Aganaguès / Las energias d’Aganaguès » dont l’objet est le développement des énergies renouvelables en pays Aganaguès (basse vallée de l’Ariège) tout en encourageant la sobriété et l’efficacité énergétique.

Nous souhaitons mobiliser les habitants du territoire pour démontrer qu’il est possible de se réapproprier l’énergie et soutenir une énergie propre et locale. « Les énergies d’Aganaguès » entend ainsi permettre aux personnes physiques (citoyens) et morales (collectivités, associations, entreprises, etc.) de contribuer concrètement et directement à la transition énergétique, grâce à un projet :

  • de développement des moyens de production d’énergies à partir de ressources renouvelables ;
  • local, centré sur le territoire ;
  • citoyen : participation à l’investissement et à la gouvernance de la société ;
  • non spéculatif, mais assurant une juste rémunération du capital tout en permettant à la société d’investir dans de nouveaux projets pour le territoire.

Nous souhaitons aujourd’hui porter un premier projet de production d’électricité à partir d’installation éolienne citoyenne sur la commune de Cintegabelle, et contribuer ainsi à ce que les bénéfices économiques, environnementaux et sociaux profitent directement à l’ensemble de la basse vallée de l’Ariège.

Concrètement, nous invitons toutes les personnes physiques et morales intéressées par la démarche à adhérer à l’association, et à se rassembler autour de ce projet démocratique unique dans notre région.

Vous avez dit Aganaguès ?

D’où vient le nom « Aganaguès » ? Il n’est pas le fruit de notre imaginaire. Il s’agit en fait d’un terme peu connu qui désigne un pays traditionnel de la région Midi-Pyrénées s’étendant depuis Pamiers au sud jusqu’à Auterive au nord !

Carte Aganagues
L’encyclopédie Larousse précise :


 » Enchâssé entre trois systèmes de collines (Pédaguès ou Terrefort à l’ouest, Lauragais et Vixiège à l’est, contreforts du Plantaurel au sud), l’Aganaguès est une plaie fertile formée dans le nord du département de l’Ariège (Saverdun, Mazères) et le sud du département de la Haute-Garonne (Cintegabelle), entre les vallées de l’Ariège et du Grand Hers, par les alluvions de ces deux cours d’eau. « 

 

Bienvenue donc en Pays d’Aganaguès !

Quel meilleur nom pour notre projet ?

L’éolien citoyen c’est quoi ?

En France, ce concept est né en 2008 à l’initiative de quelques acteurs dont Eoliennes en Pays de Vilaine (Bretagne) à l’image de ce qui existe déjà au Danemark où 85% de l’éolien est citoyen, en Allemagne et en Belgique. Il correspond à la volonté de rendre la maîtrise et la gestion du vent, ressource locale et renouvelable, aux acteurs locaux : particuliers, collectivités, associations, structures privées…

 

L’éolien citoyen trouve notamment sa reconnaissance dans le charte Energie Partagée dont les principes fondamentaux sont les suivants :

  • Ancrage local : la société qui exploite le projet est contrôlée par des collectivités territoriales, des particuliers (et leurs groupements) et/ou le Fonds Énergie Partagée. Cela se traduit par leur participation majoritaire au capital et/ou par un pacte d’actionnaires garantissant ce contrôle dans la durée. On vise la création de circuits courts entre producteurs et consommateurs pour une prise de conscience du lien entre les besoins et les moyens de production.

 

  • Finalité non spéculative : les investissements sont réalisés pour être directement exploités, la rémunération du capital est limitée. Une partie des bénéfices est affectée à la dimension pédagogique et à l’investissement dans de nouveaux projets citoyens et des actions de solidarité. On vise une éthique de l’économie sociale et solidaire, permettant un accès à l’énergie à un prix juste et transparent.

 

  • Gouvernance : le fonctionnement de la société d’exploitation du projet est démocratique, de type coopératif, transparent et clair, avec des garanties sur le maintien dans la durée de la finalité du projet. La gouvernance choisie doit permettre un contrôle des prix de production par la communauté et la transparence totale sur le fonctionnement et les aspects financiers.

 

  • Écologie : la société d’exploitation est engagée durablement et volontairement dans le respect de l’environnement, du niveau planétaire jusqu’au niveau le plus local, et dans une démarche de réduction des consommations énergétiques.